À 71 ans, une retraitée construit une datcha dont elle rêvait tant

La ville d’Omsk est située en Sibérie. La commune Mechta se trouve à la campagne, il est donc difficile et coûteux de se rendre là-bas. Il n’y a qu’une seule navette. Si vous avez raté le bus, il faut prendre un taxi.

Les habitants font de l’auto-stop, d’abord jusqu’au grand village, puis prennent le bon bus pour arriver jusqu’à chez eux.

Quand ils arrivent chez eux, ils sont déjà fatigués, ils veulent s’allonger, boire du thé, mais comment faire si l’on n’a qu’un terrain vide sans maison ?

Cette femme âgé nommée Lydia Beloborodova a décidé de construire sa propre datcha.

Une décision folle, car elle n’a jamais rien construit de sa vie. Elle a travaillé comme couturière, puis dans une raffinerie de pétrole.

Mais la personne possédant le savoir-faire soviétique ne se perd pas.

La femme a acheté un manuel sur la construction des datchas, a parlé à des personnes compétentes et s’est mise au travail. Bien entendu, la femme a sous-traité la partie la plus difficile du travail aux ouvriers pour faire les fondations. Elle a fait tout le reste elle-même, elle avait de l’argent juste pour acheter les matériaux nécessaires.

« Bien sûr, je ne peux pas mélanger le ciment et transporter les briques toute seul. Les ouvriers ont fait un bon travail. Il ne me restait pas d’argent pour le reste, alors je devais compter sur moi-même. C’est pourquoi j’ai choisi les planches. Je suis capable de scier une planche en bois. »

Lydia n’a quasiment aucune photo de la construction, les mamies ne se prennent pas en photo pour Instagram.

La femme a commencé à travailler en août , et fin novembre, les murs étaient montés et le toit fait.

 

Au printemps, les travaux de construction ont dû être reportés : d’autres priorités sont apparues. La propriétaire de la datcha mettait toute son énergie dans son jardin pour faire la récolte. À la fin du mois d’octobre, elle a enfin terminé les travaux ; il ne restait plus que quelques travaux de finition dans le grenier. La maison lui a coûté seulement 250 000 Roubles (3 000 euros).

Beaucoup de gens ne croient pas que la femme a fait le travail elle-même, comme il n’y a pas de photos.

« Mais comment pourrais-je travailler et prendre des photos en même temps?, dit elle. C’est mon fils qui a pris quelques photos quand il est passé pour aider. Si quelqu’un ne me croit pas, qu’il aille demander aux voisins. »

Lydia est convaincue maintenant qu’il suffit de croire en ses capacités et de commencer.

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Ajouter un commentaire