L’histoire d’un chien dévoué….

À la fin des années 90, je vivais dans un petit village. Eh bien, comme il se doit au village, tout le monde se connaissait. Au cours de ces années, je travaillais comme technicienne en élevage dans une ferme. On avait dans notre ferme une trayeuse qui avait le gosier en pente.

Bien sûr, je ne la critique pas, mais après chaque « fête joyeuse », elle s’effondrait dans la rue sans pouvoir se lever. En hiver, cela pourrait avoir des conséquences très graves. Très souvent, c’est grâce à son chien, qu’elle échappait à un accident.

Dès que la maîtresse tombait sur le sol, le chien courait vite vers la maison la plus proche, grattait la porte avec ses pattes et aboyait d’un air suppliant pour appeler au secours. Les habitants s’y étaient déjà habitués : quand ils voyaient Palma gratter la porte, cela voulait dire que quelque part à proximité se trouvait sa maîtresse « impuissante ».

Une fois les autorités ont averti aux villageois qu’il y aurait une évacuation des chiens errants dans le but de les euthanasier et qu’il faudrait tenir les animaux de compagnie à la laisse ou les garder à la maison.
Le soir, quand je rentrais du travail, j’ai vu Palma tout épuisé et recroquvillé dans un coin. Je l’ai examiné dans mon jardin. Il était clair que l’animal avait reçu sa dose de « poison ». J’ai
rapidement chauffé du lait, dissous la pilule et lui a fait boire le tout. Le matin, j’ai refait les mêmes procédures, mais il semblait que le chien ne survivrait pas.

En arrivant à la ferme, j’ai dit à sa propriétaire que son chien était chez moi et qu’il fallait contacter un vétérinaire. La trayeuse n’a même pas réagi à mes paroles, elle a dit que si le chien meurt, c’est que c’est son destin.

J’ai décidé alors d’agir moi-même. J’ai appelé le vétérinaire, il l’a examiné et lui prescrit du lait chaud et de l’aspirine, rien d’autre.

Au bout d’une semaine, le chien était plus autonome, la faiblesse était toujours là, mais la maladie avait déjà reculé. En regardant Palma, j’ai vu de la gratitude dans ses yeux intelligents. Déjà complètement rétablie, il vivait avec moi et m’accompagnait partout.
Une fois dans le magasin, Palma et moi, nous avons rencontré son ancienne propriétaire.
La femme a commencé à l’appeler, mais Palma n’a pas bougé. Elle a de nouveau appelé le chien. Il m’a regardé dans les yeux comme s’il demandait ma permission pour aller dire aurevoir à sa maîtraisse. J’ai dit « oui ». Remuant la queue, le chien est allé vers la maîtresse, puis s’est retourné, a couru vers moi, a enfoui son visage dans mes jambes.
Après un certain temps, cette femme a quitté le village pour aller travailler dans une autre ferme collective.

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Ajouter un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: