Mon mari m'a emmenée dans un restaurant chic pour notre anniversaire mais ne m'a permis de commander qu'une salade bon marché - ce jour spécial, il ne l'oubliera pas.

Mon mari m’a emmenée dans un restaurant chic pour notre anniversaire mais ne m’a permis de commander qu’une salade bon marché — ce jour spécial, il ne l’oubliera pas.

Le mari d’Emma, Mark, l’a emmenée dans le restaurant le plus chic de la ville pour leur dixième anniversaire de mariage, juste pour la mettre mal à l’aise avec une salade bon marché. Il n’avait aucune idée qu’elle lui ferait payer sa brutalité, ainsi qu’à tout le restaurant, le lendemain soir.

Une lumière chaude et dorée remplissait le dîner de l’éclat doux du lustre. Les couverts exquis et les chaises en velours créaient une atmosphère raffinée.

Mon époux, Mark, m’avait assuré que le dixième anniversaire de notre mariage serait le plus mémorable. J’avais imaginé une soirée luxueuse avec des plats exquis et du vin pétillant.

My Husband Took Me to a Fancy Restaurant for Our Anniversary but Only Let Me Order a Cheap Salad – This Special Day He Won't Forget | LOLitopia

J’ai vu les sourires complices échangés par les serveurs lorsque nous nous sommes assis. Ils semblaient bien connaître Mark. Le restaurant le plus cher de la ville, «La Belle Époque», c’était là qu’il avait réservé. Cet endroit était destiné à des événements importants, et ce soir en était un.

Mark souriait indifféremment et me tendit le menu. «Commande ce que tu veux, chérie,» répondit-il, mais il y avait un autre message dans ses yeux. J’ai rapidement parcouru le menu, qui regorgeait d’articles coûteux mais délicieux, dont les descriptions me faisaient saliver.

Excitée, j’ai dit, «Je pense que je prendrai le bisque de homard pour commencer, et ensuite le filet mignon.»

Le sourire de Mark s’est rétréci. En fait, cela te dérangerait-il de commencer par une salade verte? Sois bref. Tu comptes vraiment perdre du poids, n’est-ce pas? La prochaine fois que nous viendrons, peut-être porteras-tu cette magnifique robe rouge sur laquelle j’ai l’œil.»

Ses remarques ressemblaient à une gifle. J’ai senti un vif rougissement d’humiliation en regardant autour de moi. Pensa-t-il que c’était une blague? Cependant, je pouvais dire qu’il était sérieux par l’éclat d’acier dans ses yeux.

«Mark, c’est notre anniversaire,» ai-je objecté doucement. «Je pensais—»

Il coupa le serveur d’un geste, disant, «Tu as pensé à tort.» «Je prendrai le Chateaubriand, à point, et ma femme prendra la salade verte et une bouteille de votre meilleur vin rouge.»

My wife and I couldn't go out to a fancy dinner for our anniversary, so I decided to surprise her by whipping something up: : r/pics

Le serveur marqua une pause et me lança un regard compatissant. «Très bien, monsieur.»

Avec un triste tas de salade verte devant moi, j’ai avalé ma rage. Mark savourait chaque bouchée de son dîner opulent, mettant en valeur la tendreté du steak et la profondeur de la sauce. Pour lui, au moins, le vin coulait à flots. J’ai siroté mon eau, ayant l’impression que le repas ne finirait jamais.

C’était douloureux d’accepter le comportement dominateur de Mark tout au long du dîner. Tandis que je picorais ma salade, il savourait chaque bouchée de son steak et en faisait des commentaires.

J’ai fait un effort pour rester calme, mais ma colère bouillonnait sous la surface. Sans même me regarder, il passa commande de son dessert — un soufflé au chocolat riche — et déclara : «Elle a fini.» J’étais honteuse. Et me voilà, rejetée le jour de notre anniversaire de mariage. J’ai résolu de ne pas laisser passer cela alors qu’il savourait son dessert. Je veillerais à ce que cet anniversaire reste gravé dans sa mémoire pour de mauvaises raisons. J’ai souri en moi-même et ai commencé à élaborer une stratégie. Dès le lendemain matin, je me suis levée. Mark continuait à ronfler à côté de moi. Avec des idées qui fusaient dans ma tête, je me suis silencieusement levée du lit. Il est parti travailler, et j’ai commencé à travailler de mon côté. J’ai planifié de nombreux plans et demandé quelques faveurs à des amis. Il était temps d’inverser les rôles.

J’ai préparé toute la journée. J’ai d’abord communiqué avec la direction de «La Belle Époque». J’ai donné mon explication, pris des réservations pour la même table pour le lendemain soir. Le directeur a accepté de m’aider, comprenant ma situation. J’ai ensuite emprunté la magnifique robe rouge que Mark avait toujours louée en appelant une amie qui travaillait dans une boutique. J’ai ensuite pris contact avec un de mes amis qui travaille comme avocat et m’a aidé à ouvrir un compte bancaire personnel. Elle a vérifié les détails de notre compte et l’argent d’urgence que Mark avait dissimulé. Avoir de l’argent m’a donné suffisamment confiance pour passer à l’étape suivante.

Après avoir tout arrangé, j’ai envoyé à Mark une note disant : «Retrouve-moi à La Belle Époque à 19h. Mets de beaux vêtements. Emma.»

Toutes les choses étaient prêtes quand Mark est rentré à la maison. Le message l’attendait sur le comptoir de la cuisine, et la maison était silencieuse. Lorsqu’il l’a découvert, il a certainement souri, croyant qu’il allait passer une nouvelle nuit de luxe à mes dépens. Il n’avait aucune idée de ce que je lui réservais.

En me préparant pour la soirée, j’ai ressenti un mélange d’anxiété et d’exaltation. Je savais que c’était une démarche risquée, mais nécessaire. Je voulais être traitée à nouveau comme un être humain, et je voulais le montrer à Mark. Pour des raisons très différentes, cet anniversaire allait être mémorable pour nous deux.

Mark est arrivé au restaurant avec une expression suffisante. J’ai été aussitôt assise, vêtue de la tenue rouge qu’il adorait. Il s’est assis, et je lui ai souri, un sourire mystérieux et charmant.

Sa curiosité a été piquée, il a demandé : «De quoi s’agit-il, Emma?»

«Tu verras,» j’ai fait un geste en réponse à la serveuse. «J’ai pris la liberté de commander pour nous.»

Bien qu’il ait étroitement regardé, il est resté silencieux. Le premier plat, le bisque de homard, a été apporté par le serveur. Pour nous deux. Bien que les yeux de Mark se soient écarquillés, il est resté silencieux. Le filet mignon bien cuit a été servi ensuite. J’ai vu qu’il devenait de plus en plus confus alors que le meilleur vin de la maison était versé.

«Je ne comprends pas, Emma,» a-t-il dit hésitamment. Nous étions ici hier. Quel est l’événement?»

«Notre anniversaire», ai-je répondu, ma douceur imprégnant chaque mot. «Eh bien, c’était une soirée mémorable. Je veux oublier la nuit dernière. Celle-ci, je veux m’en souvenir, et je me suis assurée que tu t’en souviendrais aussi.»

Mark est passé de la confusion à la suspicion. Il a parcouru la salle, tentant de tout comprendre. J’ai gardé un œil sur lui, savourant son inconfort. Lorsque le plat principal est arrivé, j’ai savouré chaque bouchée. Mais Mark était trop préoccupé à essayer de comprendre ce qui se passait pour vraiment toucher son dîner.

Je me suis levée et ai fait un toast, attirant l’attention de tout le restaurant. «Excusez-moi, mesdames et messieurs. Je dois faire une annonce spéciale.»

Mark avait une expression terrifiée. «Emma, que fais-tu?»

Ma voix est restée ferme et confiante quand j’ai dit : «Je voulais juste partager quelque chose avec vous tous.» «Mon époux m’a amenée ici pour notre anniversaire hier soir, mais il a exigé que je prenne une salade bon marché pendant qu’il se régalait. Je voulais lui montrer ce que signifie vraiment la gourmandise ce soir.»

La salle était remplie de murmures. Mark est devenu rouge comme une betterave. Il a chuchoté, «Emma, assieds-toi.»

Je l’ai ignoré. Ce n’est pas tout, cependant. Mark, tu as toujours pris un grand plaisir à être celui qui dirige et qui donne. J’ai donc facturé le coût de notre dîner ce soir à l’argent d’urgence que tu me etires depuis des années.»

Нет описания.

Sa bouche est tombée ouverte. «Quoi? Comment as-tu réussi à—»

«Oh, Mark, tu devrais être au courant à présent que mon intelligence dépasse la tienne. Et pas seulement ça, mais aussi ! Vous serez tous heureux d’apprendre ceci, mesdames et messieurs : mon mari vous offre une partie de son argent et prend en charge tous vos frais de déjeuner aujourd’hui.»

Le visage de Mark a perdu sa couleur. «Emma, ce n’est pas drôle.»

Je me suis levée et ai dit : «Non, ce n’est pas le cas.» «Mais c’est juste.»

En me retournant pour partir, j’ai eu l’impression que les dix dernières années s’étaient envolées. Les clients ont applaudi quand je suis partie, et Mark est resté assis là, choqué et embarrassé.

Il allait se souvenir de cet anniversaire pour toujours. Et moi non plus.

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Joie de vivre