Peu de gens savent vraiment ce que signifie la petite cicatrice sur le bras gauche supérieur...

Peu de gens savent vraiment ce que signifie la petite cicatrice sur le bras gauche supérieur…

Avant les années 1970, un pourcentage important de la population avait reçu un vaccin antivariolique qui laissait une petite cicatrice caractéristique, circulaire, sur leur bras supérieur gauche.

Ce vaccin, contenant un virus vaccinique vivant, était administré pour stimuler une réaction immunitaire visant à protéger les personnes contre le dangereux virus de la variole, responsable de la maladie de la variole.

Le processus de vaccination consistait à plonger une aiguille fendue dans la solution vaccinale et à l’insérer de nombreuses fois dans le bras de la personne.

À chaque quantité de piqûres d’aiguille, une petite quantité de vaccin était injectée sous la peau, provoquant la formation de bulles à l’endroit de l’injection. En quelques semaines, les bulles se dessècheraient et guériraient, laissant derrière elles une cicatrice circulaire visible.

Le site d’injection s’étendrait peu après l’administration de la dose et resterait ainsi pendant environ 6 à 8 heures. Ce gonflement diminuerait, et le site semblerait normal jusqu’à 6 à 8 semaines plus tard, lorsque se formerait une bosse ressemblant à une piqûre de moustique.

Cette bosse s’agrandirait progressivement, développant une tumeur qui éclaterait finalement et libérerait du liquide, se transformant en un ulcère.

Une cicatrice permanente se formerait pendant la phase de guérison de l’ulcère, signalant la fin d’un cycle de deux à cinq semaines.

Dans certaines situations, le processus de formation et de guérison de l’ulcère pouvait cependant se reproduire une ou trois fois, entraînant de nombreuses cicatrices.

La variole a été essentiellement éliminée dans la plupart du monde occidental après le début des années 1970.

En conséquence, les vaccinations antivarioliques ont été complètement interrompues dans les années 1980, lorsque l’on a jugé que le virus de la variole avait été éradiqué de la population humaine.

Ainsi, la petite cicatrice sur le bras supérieur gauche sert de rappel historique d’une époque où la variole représentait une préoccupation sérieuse et où la vaccination constituait un moyen important de lutter contre la maladie.

Bien que la variole ne représente plus une menace pour la santé publique dans le monde moderne, ces cicatrices demeurent des rappels frappants d’une ère passée de mesures préventives en matière de santé publique.

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Joie de vivre