Un pauvre homme recueille une vieille dame et la fait entrer dans sa famille – Ses 10 enfants apparaissent après son décès – Histoire du jour

Un pauvre homme a trouvé une femme âgée échouée dans la rue et l’a emmenée chez lui pour vivre avec sa famille. Il a été surpris par la demande étrange des enfants de cette femme après sa mort.

Un soir en rentrant du travail, Evan a pris une route qui lui a permis d’éviter les embouteillages. Il s’est dit : « Je dois rentrer chez moi avant qu’il ne pleuve ». Il travaillait dans une usine de transformation du bois, et sa journée a été longue et épuisante.

Au moment où ce père de trois enfants traversait la rue, il aperçu la silhouette frêle d’une femme âgée sur le trottoir. Elle se tenait sous le lampadaire, prenant appui sur son déambulateur à roulettes.

Il semblait qu’elle ne pouvait plus marcher et qu’elle était sur le point de s’effondrer.

« Hé, attendez ! Madame, faites attention !… Tenez bon, j’arrive ! », cria Evan en se garant immédiatement près d’elle.

« Nous allons appeler la police et vous dénoncer pour avoir volé notre mère… où avez-vous caché la boîte ? », a crié l’un des dix enfants.

Il l’a soutenue juste avant qu’elle ne tombe et l’a fait s’asseoir sur le trottoir. « Tenez, prenez de l’eau. Vous sentez-vous mieux ? »

La femme a avalé un peu d’eau et a regardé la longue route. Après avoir soupiré, elle se releva et remercia Evan, puis, elle se prépara à reprendre péniblement son chemin.

« Attendez une minute… Je vais par là. Voulez-vous que je vous emmène ? » demanda Evan, inquiet à l’idée de la laisser seule alors qu’il allait bientôt commencer à pleuvoir.

« Fiston, merci d’essayer d’aider cette vieille Doris. Mais ma destination n’est pas claire. Je ne sais pas où je vais », répondit la femme. Evan était confus par cette réponse.

« Ravi de vous rencontrer, Mme Doris. Vous voyez, je vais par là. Ça ne me dérange pas de vous déposer. Veuillez me donner votre adresse ».

La femme âgée n’a pas pu retenir ses larmes. Elle a caché son visage avec ses mains et s’est mise à pleurer. « J’ai été mise à la porte de la maison de retraite ce matin parce que je ne pouvais plus payer ».

« Oh mon Dieu… c’est insensé ! Medicaid ne vous couvre pas ? », demanda Evan, curieux d’en savoir davantage.

« L’établissement n’accepte pas Medicaid », répondit Doris, avec des phrases à moitié coupées.

« Avez-vous des enfants ? »

« Oui, j’ai dix enfants ».

« Dois-je vous déposer chez eux ? Où habitent-ils ? »

« Non, s’il vous plaît, ne m’emmenez pas chez eux. C’est eux qui m’ont envoyé à la maison de retraite. Ils n’ont plus besoin de leur vieille mère ».

Evan a eu les larmes aux yeux après avoir écouté l’histoire de Doris. Il était un pauvre charpentier qui vivait dans une petite et humble maison avec sa femme Emily et ses trois enfants. Il s’est souvenu de ses parents décédés et il décida qu’il était hors de question d’abandonner Doris à son sort.

« Écoutez, on pourra régler ça plus tard. Mais pour l’instant, venez chez moi s’il vous plaît. Ma femme et mes trois enfants sont à la maison. Vous pouvez passer la nuit avec nous ».

Épuisée et affamée, Doris accepta son offre.

« …C’est tellement triste. Je suis heureuse que tu l’aies amenée ici. Il a commencé à pleuvoir, et Dieu merci, tu l’as trouvée », a dit Emily après qu’Evan lui ait relaté leur rencontre.

Doris a mangé un copieux repas avec la famille d’Evan avant de s’endormir avec ses trois filles, Rose, Lily et Iris. La présence des enfants l’a réconfortée, car elle avait toujours voulu voir ses petits-enfants.

Elle a dormi paisiblement pendant quelques heures, mais ce bonheur était de courte durée. Elle s’est réveillée en pensant à l’endroit où elle devrait se rendre le lendemain. « Il m’a seulement proposé de rester pour la nuit. Où vais-je aller demain ? », se demanda-t-elle en pleurant.

Le lendemain, Doris s’est préparée à quitter la maison. Elle a remercié Evan et Emily et a embrassé les enfants pour leur faire ses adieux.

« Mme Doris, vous partez ? », demanda Evan.

« Oui, fiston. Je te remercie de m’avoir permis de rester ici la nuit dernière. Je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi ».

« Où allez-vous ? », a ajouté Emily.

« Je ne sais pas… Je vais marcher aussi longtemps que je pourrai ». Doris était déçue de partir. C’est alors que les filles d’Evan ont couru vers elle, lui faisant fondre le cœur et l’incitant à rester.

« Grand-mère ! S’il te plaît, ne pars pas ! Nous t’aimons bien ! S’il te plaît, reste avec nous ! », s’exclamaient en chœur les filles.

Evan et Emily étaient ravis, car ils partageaient le même sentiment que leurs filles. « S’il vous plaît, Mme Doris. Restez ! Nous sommes pauvres, mais nous sommes heureux. Ne partez pas, s’il vous plaît. Les enfants vous aiment ».

Touchée par leur amour, Doris est restée. Elle a vécu avec la famille et elle était heureuse. Ses cicatrices émotionnelles ont commencé à guérir, mais sa santé s’est détériorée deux ans plus tard.

« Oui, votre mère, Doris, est avec nous. Pouvez-vous s’il vous plaît, venir lui rendre visite ? Son état s’est aggravé », dit Evan à Jake, l’un des enfants de Doris.

« Écoutez, je n’ai pas le temps de m’occuper d’elle », a répondu Jake en raccrochant immédiatement.

Evan a appelé les autres enfants en utilisant les numéros de téléphone figurant dans le vieux journal de Doris. Mais aucun d’entre eux n’a accepté de lui rendre visite et de la voir une dernière fois.

Evan et Emily étaient désemparés mais décidèrent de rester aux côtés de Doris pour lui offrir leur meilleur réconfort.

« Mon fils, j’ai promis de te rendre la pareille pour tout ce que tu as fait pour moi », dit doucement Doris en tenant la main d’Evan à l’hôpital.

Elle est tombée malade à cause de la vieillesse, et a été transférée à l’hôpital deux jours après avoir fêté son 87e anniversaire. Lorsqu’elle a donné son gâteau d’anniversaire à Evan, elle lui a promis qu’elle le remercierait pour sa gentillesse.

« Je te le rendrai certainement un jour, mon fils… Je t’aime et j’aime ta famille… », ainsi furent les derniers mots qu’Evan entendit de sa bouche. Elle est morte en lui tenant la main, lui faisant cette dernière promesse.

Les enfants de Doris ont assisté à ses funérailles, mais ils n’ont pas adressé la parole à Evan. Ce dernier pensait qu’ils ne les reverrait plus, mais il avait tort.

À sa grande surprise, les enfants de la défunte se sont présentés chez lui le lendemain avec une étrange demande d’héritage familial.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez… Mme Doris ne m’a rien dit au sujet des bijoux », a déclaré Evan, effrayé lorsque ses enfants l’ont menacé.

« Nous allons appeler la police et vous dénoncer pour avoir volé notre mère. Où sont les bijoux ? » a crié Jake. « Dites-nous, où vous avez caché la boîte ! »

« Appelons la police sur le champ ! », a insisté le frère de Jake.

Evan et sa famille étaient choqués. Il a fouillé son esprit, mais ne se souvenait pas que Doris ait déjà évoqué des bijoux de famille. « Je ne comprends pas ce que vous dites. S’il vous plaît, partez ».

Au moment où Jake a sorti son téléphone pour appeler la police, un avocat les a interrompus avec des documents et une boîte.

« Vous n’avez pas besoin de ça, Jake », a-t-il dit. « Vous devez être Evan… », ajoute-t-il en serrant la main d’un Evan confus.

« Oui, mais qu’est-ce qui se passe ? »

« Eh bien, Evan, je suis Adam, l’avocat de Doris Clark. Et cette boîte de bijoux vous appartient désormais. Mme Clark vous a mentionné dans son testament comme étant le seul héritier des bijoux ».

Jake et ses frères et sœurs ont été choqués d’entendre cela. « Quoi ? Maman lui a donné tous ses bijoux ? »

« J’ai bien peur que oui. Elle a spécifiquement indiqué que ses 10 enfants, n’obtiendront absolument rien de cette boîte », a expliqué Adam.

« Vous feriez mieux de nous donner ces bijoux ! Ils appartiennent à notre mère ! », menaça Jake.

« Oui, vous ne représentiez rien pour elle. C’était notre mère. Donnez-nous ces bijoux ! »

Mais Evan a refusé. Il s’est souvenu que Doris lui avait dit qu’elle lui « rendrait la pareille » et a compris que c’était le moment. De plus, il a réalisé qu’il ne s’agissait pas seulement des bijoux, mais aussi de l’amour qu’elle leur portait.

« Ta mère ? Où étais-tu quand elle avait besoin de toi ? Tu l’as abandonnée et laissée mourir seule. Vous devriez chercher à obtenir son pardon, pas ses bijoux. Sortez d’ici, ou j’appelle la police ! », s’emporta Evan.

Voyant qu’ils n’avaient plus aucune chance, Jake et ses frères ont simplement souri et sont partis.

Evan a accepté le témoignage de gratitude de Doris et il s’est rendu sur sa tombe avec sa famille pour y déposer ses fleurs blanches préférées.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

  • N’abandonnez jamais vos parents, car vous ne seriez jamais là sans eux. Bien qu’elle ait eu dix enfants, Doris n’a reçu aucun soutien ni amour de leur part. Ils ne la considéraient que comme un fardeau et l’ont envoyée dans une maison de retraite. Même après sa mort, ils ne se sont préoccupés que de ses bijoux, ne montrant aucun remord pour la façon dont ils l’ont traitée de son vivant.
  • Si vous faites quelque chose de bien à quelqu’un aujourd’hui, cela vous sera rendu au centuple demain. Lorsqu’Evan a trouvé Doris dans la rue, il l’a ramenée chez lui, lui a offert un abri, et elle a finalement vécu avec sa famille jusqu’à son dernier souffle. La bonté d’Evan a été récompensée lorsqu’il a reçu un héritage surprise après la mort de Doris.

Partagez cette histoire avec vos amis. Elle pourrait égayer leur journée et les inspirer.

 

La source

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Ajouter un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: