Peine de prison pour une femme ayant maltraité ses 16 chiens et 2 chats avant qu’ils ne soient secourus par une association

Les pauvres bêtes étaient détenues dans des conditions de vie atroces et n’ont bénéficié d’aucun soin. Heureusement, un voisin a sonné l’alerte, permettant à une organisation de protection animale de les secourir. Aujourd’hui, les 16 chiens et les 2 chats sont en pleine forme et sont partis pour de nouvelles aventures. Leur maîtresse, quant à elle, vient d’être jugée au tribunal.

Le sauvetage remonte au mois d’avril 2022. L’association RSPCA avait reçu un signalement concernant des animaux dans le besoin. D’après les dires de l’individu, leur maîtresse ne leur apportait que très peu d’attention et ils vivaient dans des conditions épouvantables.

Des enquêteurs se sont donc déplacés au domicile situé à Crawley au Royaume-Uni pour constater les faits.

Tony Woodley, qui a mené l’investigation, a déclaré à ITV : « L’intérieur de la maison était extrêmement sombre, mais on pouvait tout de même voir à quel point c’était sale. Les murs et le sol étaient tachés de matières fécales et ça sentait vraiment très mauvais ».

16 canidés étaient parqués dans 2 pièces différentes.

Des chiens de race Rottweiler et Chihuahua se trouvaient dans le salon avec eau et nourriture à disposition. Mais des croisés Épagneuls étaient détenus dans un minuscule cagibi sans lumière et sans ressources.

Les pauvres bêtes étaient extrêmement émaciées et souffraient de plaies béantes sur l’ensemble du corps.

« On aurait dit que leur maîtresse les avait brossés avec un objet pointu », a précisé Tony. Quant aux 2 matous, ils survivaient tant bien que mal dans cet environnement.

Les animaux saisis et une inculpation pour maltraitance

Les canidés et les félins ont été confiés au refuge de la RSPCA. Ils ont été soignés des diverses maladies dont ils étaient atteints (otite, infection oculaire et cutanée) ainsi que de leurs blessures.

Ils se sont ensuite remis de leur dur passé grâce aux bons petits plats préparés par les bénévoles et à leur bienveillance.

Leur propriétaire, Jay Clarke, a reçu une convocation au tribunal pour répondre de ses actes de maltraitance et de négligence.

Le juge n’a pas été convaincu par son plaidoyer et l’a condamné à 26 semaines de prison ferme, à 10 séances de sensibilisation à la cause animale et de l’interdiction de détenir des compagnons à fourrure à vie.

 

La source

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Ajouter un commentaire