Le petit chien piégé dans le goudron a aboyé jusqu'à ce que l'on l'entende

Le petit chien piégé dans le goudron a aboyé jusqu’à ce que l’on l’entende

La semaine dernière, quelques ouvriers travaillant près de la ville de Suwałki, en Pologne, ont entendu un bruit étrange. Depuis une zone boisée éloignée, au loin, un chien aboyait sans arrêt, comme s’il appelait à l’aide.

Les travailleurs ont décidé d’aller vers les cris. Arrivés à l’endroit, ils ont découvert un chien échoué dans une grosse flaque de goudron collant et incapable de bouger.

Incapables d’extraire eux-mêmes le chien piégé, ils ont contacté la sauveteuse Joanna Godlewska, de la Fondation pour les animaux de Niczyje. Elle s’est précipitée sur les lieux, sans savoir à quoi s’attendre.

«Quand je suis enfin arrivée et que j’ai vu le chien couché dans le goudron, les larmes me sont montées aux yeux», a raconté Mme Godlewska.

Personne ne sait combien de temps le chien est resté là, mais il est évident qu’il n’aurait pas survécu longtemps.

Mme Godlewska a vite contacté une équipe de pompiers locaux pour l’aider à sortir le chien. Pendant qu’ils travaillaient, une lueur d’espoir est apparue dans les yeux du chien piégé.

«Il a compris que nous étions en train de le sauver», dit Mme Godlewska.

Les sauveteurs ont soigneusement coupé les parties goudronnées de la fourrure du pauvre chien et ont utilisé de l’huile de cuisson pour détacher le reste.

Puis, enfin, ils ont pu le sortir de la flaque. Dans la clinique vétérinaire, il a été soigné davatange. Heureusement, à part quelques blessures superficielles sur un côté de son visage, il était en bonne santé.

Depuis, le chien a subi plusieurs autres séances de nettoyage — après chacune d’elles, son esprit continuait de se renforcer.

Le chien, désormais baptisé Farcik, a été sauvé du piège mortel dans lequel s’était retrouvé et attend une famille qui voudrait l’adopter.

On ne saura peut-être jamais ce qui a conduit Farcik à cette épreuve presque fatale dans le goudron, mais il ne fait aucun doute que sa volonté a fait toute la différence.

 

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Joie de vivre
Ajouter un commentaire