Contre toute attente : Une chienne militaire à la retraite retrouve son premier maître-chien

Lorsque Monica Rodriguez est entrée pour la première fois dans le bureau d’un recruteur de l’armée de l’air en 2009, elle a pointé du doigt une affiche représentant un maître-chien sur le mur et a dit : « Je veux faire ça. » Devenir maître-chien n’est pas un emploi facile à obtenir – avant même d’être considérée pour le poste, elle devait d’abord passer 3 ans à son emploi principal, les Forces de sécurité, qui comprenait le maintien de l’ordre et plusieurs déploiements de six mois en Afghanistan dans le cadre d’opérations de sécurité. En 2012, elle a été acceptée dans le programme de formation K-9. En avril 2013, elle a finalement quitté la base aérienne de Keesler à Biloxi, dans le Mississippi, et a été affectée à la base aérienne de Kunsan, en Corée du Sud, où elle a rencontré son premier partenaire, un berger allemand nommé Stella.

« En Corée, je n’ai été avec Stella que pendant un an, mais j’ai formé ce lien fort avec elle et il était extrêmement difficile de la laisser avec quelqu’un d’autre. », dit Monica.

Stella était un chien de détection de stupéfiants, et son travail en Corée du Sud consistait principalement à sécuriser le périmètre de la base. « Il faut beaucoup marcher dans les dortoirs », explique Monica. « Comme partout ailleurs, les gens sont des gens. Il y a de la drogue partout – nous n’étions pas vraiment concentrés sur l’aspect anti-terroriste, nous faisions la police sur la base. » La drogue est un problème plus important sur les bases militaires que le public ne le pense, allant de la marijuana aux opiacés en passant par les méthamphétamines. Pour Stella et Monica, le travail consistait à rendre la base plus sûre pour tout le monde, qu’il s’agisse d’une alerte à la bombe ou du retrait des drogues des dortoirs.

Stella est également entraînée à détecter des personnes à une distance de 250 mètres et possède un sens de l’ouïe et de la vue supérieur à la normale la nuit. Qu’est-ce qu’il y a de si génial là-dedans ? « Imaginons que notre base soit envahie », explique Monica. Si c’était au milieu de la nuit, elle et Stella pourraient se poster sur le périmètre et détecter l’ennemi bien avant tout le monde. Encore une fois, plus la base est sûre, mieux c’est.

Un an à peine après le début de leur collaboration, Monica a remarqué que les jambes de Stella se dérobaient parfois. Elle a appris que Stella était atteinte d’une maladie dégénérative qui ronge les muscles de sa colonne vertébrale, ce qui signifie qu’elle sera un jour incapable de marcher. En 2016, la base de Stella savait qu’il était temps de la mettre à la retraite – et elle serait bientôt sur le canapé de quelqu’un pour sa retraite. Monica voulait être ce quelqu’un.

« Elle a été mon premier chien – elle a donc laissé une énorme empreinte dans mon cœur. On n’oublie jamais son premier chien », dit Monica. Lorsque Monica a dû quitter la Corée, elle a eu l’impression d’avoir perdu une grande partie d’elle-même. « Le seul regret que j’ai eu en quittant la Corée a été de ne pas l’avoir serrée dans mes bras un peu plus longtemps ou de ne pas avoir passé un peu plus de temps avec elle. » Elle est restée en contact avec les maîtres-chiens de la base pour essayer de s’assurer qu’elle pourrait récupérer Stella lorsqu’elle serait prête à prendre sa retraite. Malheureusement, la rotation du personnel à la base a entraîné une perte de communication quelque part, et Monica n’a pas reçu d’appel le moment venu. Stella était toujours à la retraite, mais pas avec Monica. Stella est partie avec quelqu’un d’autre. Monica était tellement blessée.

 

Contre toute attente, Monica a réussi à inverser la situation et à faire en sorte que Stella revienne à la maison avec elle, mais le processus n’a pas été facile. « J’ai été séparée d’elle pendant plus de 2 ans, et le processus de retraite a pris environ six mois ». Ces six mois ont consisté à remplir des papiers et à faire en sorte que Stella soit médicalement prête à prendre sa retraite. Selon Monica, le processus d’adoption d’un chien militaire prêt à prendre sa retraite peut être très long.

« Je pensais que mon mari et moi allions devoir dépenser toutes nos économies pour aller la chercher en Corée », se souvient Monica. Mais c’est là que l’Association américaine des chiens de guerre peut intervenir et aider. Ils ont payé tous les frais pour ramener Stella, ce dont Monica ne peut que se féliciter.

Les retrouvailles étaient très émouvantes. « Nous étions toutes les deux sous le choc. Je pleurais à chaudes larmes, c’était un sentiment tellement incroyable de la revoir. »

Avoir traversé tant de choses ensemble, et retrouver son premier partenaire de travail, est une expérience que la plupart d’entre nous ne vivront pas. Mais tous ceux qui ont eu un chien spécial dans leur vie savent ce que Monica décrit : « Ce n’est pas tout simplement un chien, c’est ma famille. »

Avez-vous aimé l'article? Pour partager avec des amis:
Ajouter un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: